Thursday, July 15, 2021

Le retour du vélo : l’urbanisme circulaire

Par: Stein van Oosteren

Lorsque je me suis intéressé au vélo, fin 2016, je pensais que c’était un petit sujet innocent. Je ne savais pas que ce n’était que la partie émergée d’un iceberg grand comme la France. Maintenant j’essaie d’analyser cet iceberg, qui est un modèle d’urbanisme à la dérive. Pour mieux le comprendre, le « Manifeste pour un urbanisme circulaire » de Sylvain Grisot m’a bien aidé.

Ce qui tue le vélo, le dynamisme des villes et notre climat, c’est l’étalement urbain. D'une part il impose la voiture comme la norme en augmentant les distances, et d'autre part il accélère le dérèglement climatique en détruisant notre capteur naturel de co2 : la biodiversité. Le manifeste de Grisot pointe cette fabrique de la ville devenue folle, qui engloutit nos terres agricoles pour pondre des banlieues interminables, standardisées, sans âme. Pointer la voiture comme coupable est trop facile, dit-il : « c’est en réalité à une faillite structurelle de notre façon de bâtir la ville que nous sommes confrontés. Dopée au sol agricole, à la mobilité, au pétrole et aux matériaux non renouvelables, la fabrique de la ville doit nécessairement entrer dans une désintoxication qui s’annonce difficile ».

Un changement culturel profond

Pourquoi difficile ? Car bâtir des quartiers neufs sur les champs est infiniment plus facile et rapide que bâtir la ville dans ville existante. Poursuivre bêtement une croûte urbaine qui s’étale selon toujours les mêmes recettes est moins compliqué que se creuser la tête pour réinventer soigneusement chaque pièce de cette croûte urbaine. Réinventer est compliqué : trop de surprises, trop de dialogue, trop cher, trop fatiguant.

Grisot veut nous préparer quand même à cet urbanisme circulaire qui réinvente la ville en nous inspirant avec des exemples. Comme le restaurant universitaire du Crous à Paris, qui se transforme, comme chaque jour, en coworking. « Un lieu dans le lieu, pour un temps seulement, mais tous les jours ». Grisot décrit la gestion complexe de cette mutation quotidienne qui amène deux populations différentes à se croiser : étudiants et travailleurs. Il faut repenser tout un jeu d’acteurs pour que cela fonctionne : intermédiaires, gestionnaires, coordinateurs….

Au lieu de multiplier simplement des volumes, l’urbanisme circulaire repose sur un changement culturel profond. L'expérience du « restau U » transformé en coworking illustre le premier pilier du manifeste d’un urbanisme circulaire : intensifier l’usage des lieux existants. Intensifier l’usage, c’est éviter de construire. Les deux autres piliers sont la transformation des bâtiments et le recyclage des bâtiments : éviter qu’un ancien hôpital ne devienne une friche urbaine vide pendant des années par exemple.

Le gros mot : « densification »

Construire la ville dans la ville est le contraire de l’étaler : on la densifie. La densification est souvent perçue comme un gros mot, car il fait penser aux grandes tours inhumaines. Grison explique que densifier est nécessaire pour créer la ville plus efficace, où tout est à proximité pour tout le monde. Mais c’est quoi la densification « humaine » ? Y a-t-il une limite ? Là encore, Grisot nous met en garde de ne pas fixer « un ratio idéal de logement à l’hectare ou à généraliser une forme urbaine jugée plus efficace ». Densifier est toujours du sur mesure dans un contexte unique, et « il faut donc sortir des débats sur les hauteurs des bâtiments ou les formes urbaines, pour parler de la ville dans son ensemble ».

Grisot donne des conseils tout de même : essayez de privilégier l’humain à la voiture, surtout au pied des bâtiments : « impossible d’imaginer dédier un espace aussi stratégique au seul stockage de véhicules au repos… ». Et n’oubliez pas de densifier aussi la nature : « il faut des arbres, beaucoup, des forêts urbaines, des sols profonds, du végétal dense. Pas seulement un parc flamboyant au cœur d’une ville minérale, mais du végétal partout, proche, visible, accessible ». 

 

L'entrée de Fresnes (94): un espace hostile aux trottoirs encombrés de voitures.
 

Il y a urgence, car les chiffres sont affolants. Depuis 1960, la consommation des sols dépasse de trois fois l’accroissement de la population. Ces bâtiments entraînent une artificialisation des sols par la mobilité : presque la moitié (48%) des sols urbanisés en France est couverte de routes et de parkings ! L’industrie pétrolière accompagne habilement l’industrie automobile car le bitume, c’est le résidu de la production de pétrole dont on apprécie l’imperméabilité à l’eau. C’est ce qui empêche aux sols d’absorber l’eau, ce qui cause des inondations. Un risque croissant avec lequel de nombreux Français devront vivre, car 1 Français sur 4 vit en zone inondable….

Le rêve péri-urbain

Le moteur qui impulse la course à l’étalement serait le rêve peri-urbain : chaque François rêverait de son pavillon entouré d’une pelouse. Est-ce si évident et inéluctable ? Non, répond Grisot, « le rêve péri-urbain n’est pas une envie irrépressible de vivre en lotissement et de multiplier les kilomètres en voiture. C’est un modèle culturel savamment entretenu à coups de sondage biaisés, de terrains pas chers (mais loin), de maisons personnalisables (standardisées) mais surtout…. d’absence d’alternative ». Le programme qu’il propose aux élus qui gèrent nos villes tient en une phrase : « Une ville ne devrait pas donner envie de la quitter quand les enfants arrivent ».

Les valeurs de la ville

Pour stopper l’étalement urbain, il est indispensable de rendre visible la richesse qu’il détruit, à commencer par nos terres agricoles. Le marché actuel de ces terres ne reflète pas cette valeur et les services écosystémiques qu’elles rendent : production alimentaire, stockage carbone, régulation d’eau, biodiversité…. Parlons aussi de la valeur inestimable de la ville classique qui est sacrifiée au profit d’une « France moche » des banlieues interminables : proximité humaine et commerciale, diversité architecturale, mixité des fonctions….

La valeur principale que détruit l’étalement urbain, nous explique Grisot, est ce qui rend nos villes si agréables et, accessoirement, cyclables : le caractère continue du tissu urbain. C’est à force de dévorer des terres agricoles et d’y couler des ronds-points et des zones uniformes que nous perdons « cette proximité qui permet le frottement et la rencontre : ce qui fait la ville ». Oui, construire dans la ville est complexe, mais Grison nous invite à relever le défi en misant sur l’intelligence collective, « une autre matière grise », en formant et mobilisant les compétences nécessaires. 

Parmi ces nouveaux professionnels de la ville, il y aura beaucoup de spécialistes du vélo et de la cyclologistique qui sauront optimiser l’espace à notre disposition. Aux élus je souhaite de créer des ELUs partout : les nouveaux Espaces de Logistique Urbaine où les camions peuvent dispatcher leur chargement sur des vélos au lieu d'entrer tous dans les centres-villes. L'appel à la créativité urbaine est lancé : bonne réussite aux nouveaux professionnels de l’urbanisme circulaire !

-----

A écouter: podcast "Les causeries urbaines" de Xavier Capodano (librairie Le genre urbain) avec Sylvain Grisot (ici).

 

 

Friday, April 23, 2021

Pourquoi pas le vélo : les évènements

24 avril 2021

Stein van Oosteren rencontre les apprenants de la Green Management School pour les inspirer avec son son parcours d'expatrié, de diplomate et d'associatif.




5 mai 2021

Débat Facebook Live avec Suzanne Lareau (ex-PDG Vélo Québec) et Jacques Desjardins, fondateur de Monde à Bicyclette (MAB). A 23 heures heure de Paris. 

30 mai 2021

Séance dédicaces lors de la Journée du vélo à Sceaux.

4 juin 2021

Séminaire avec les élus de la ville en journée. Projection-débat Why we cycle à Chalons-sur-Saône le soir.

Sunday, April 5, 2020

La téléconsultation

Paroles et musique: Stein van Oosteren

Enregistrement: https://www.youtube.com/watch?v=reHUfEhyiFk

(Le confinement m'a amené à vivre ma première expérience en matière de télé-consultation, décrite ici dans une chanson).





















En cette période de corona
J'ai un petit bobo
Comme une petite boule sous le pied
Qui fait mal quand je marche autour de la maison

Et je ne peux pas aller chez le médecin
Car on est confiné et j'ai mal au pied
Je me sens un peu perdu, abandonné
Il faut une solution

La télé, la télé-consultation!

Alors c'est quoi la téléconsultation?
Ça commence par un coup de fil
Bonjour ici le cabinet du Docteur Bouille
Docteur Bouille ne consulte pas en cabinet

Il propose une télé-consultation
Pour ça vous allez sur le site-web doctolib
Vous cliquez sur le créneau qui vous va
Et c'est bon, on se voit bientôt

pour une télé, une télé-consultation!

Le jour J il faut bien s'assurer
que le téléphone est chargé et capte le wifi
Et 30 minutes avant le rendez-vous
vous êtes invité à saisir votre mot de passe

Sur le site-web doctolib
qui vous demande gentiment de faire un paiement
Gardez cette fenêtre ouverte
car l'aventure va commencer

Je suis presque en télé-consultation!

10 minutes avant le rendez-vous
mon téléphone m'alerte: Tenez-vous prêt!
Prenez place dans la salle d'attente
virtuelle bien sûr - restez connecté
Vous serez notifié quand le docteur vous télé-prendra

Quand le moment magique est arrivé
Je vois le docteur à l'écran
dans un magnifique télé-cabinet
où je me sens super à l'aise

Et Galinette mon chat adoré
est autorisé à rester sur mes genoux
c'est coolissime, généialissime
Je l'aurais fait rien que pour ça!

La télé, la télé-consultation

Alors qu'est-ce qui vous arrive Monsieur?
Eh bien cette boule au pied me fait un peu mal
Montrez-la-moi avec le téléphone
Approchez-vous de la lumière

Je vois bien la boule sous votre pied
Il s'agit d'une grosse verrue
Vous allez voir avec la pharmacie
Voici l'ordonnance électronique

C'est pas mal, la télé-consultation
C'est vraiment pas mal, la télé-consultation

Thursday, April 2, 2020

Rire du coronavirus


Par: Stein van Oosteren

Le coronavirus nous a plongés dans le noir. Un noir relatif, car il est éclairé par une série de blagues puissantes sur le confinement, les unes plus drôles et originales que les autres. Je dirais même que jamais une crise n’a fait autant rire. Peut-on rire d’une crise qui cause plus de 300 morts par jour ?


  
Il faut rire. Car l’humour, c’est la liberté de mouvement que nous avons temporairement perdue et qui s’est fabriqué une nouvelle porte de sortie. Enfermer le rire, ce serait une façon d'arrêter de respirer.

L’humour, c’est aussi « le plus court chemin d’un homme à un autre », disait Georges Wolinski. Dans les blagues sur le net, les internautes se retrouvent malgré le confinement, et ça fait un bien fou. 

Regardez cet Italien qui en a marre du confinement et qui, malgré les protestations de sa fille, sort pour prendre un café. Mais il s’arrête à la fenêtre de la cuisine, s’accoude et commande un petit café à sa fille, comme au bar... Pour chasser l’ennui et tromper son besoin vital de contact social, il a inventé une mini-pièce de théâtre dans sa cuisine! Dans ce geste terriblement drôle et humain, les spectateurs se reconnaissent et se retrouvent. Et c'est de ça qu'on a besoin en se moment. 

Tuesday, March 31, 2020

Le temps

Paroles et musique: Stein van Oosteren

Enregistrement: https://www.youtube.com/watch?v=Bef3vb4tqtw






Dans un tiroir, entre des livres
on a trouvé une boîte remplie de temps à vivre
On s'est jeté dessus comme si on avait perdu
tant de temps pour se raconter des choses

Mais le temps ne se rattrape pas en courant
Il voyage à la vitesse du printemps
Pour l'avoir, il suffit de se poser et de profiter

J'ai le temps de m'arrêter
de t'appeler pour entendre ta voix
Un moment juste parfait passé ensemble
sans courir après demain

Car le temps ne se rattrape pas en courant
Il voyage à la vitesse du printemps
Pour l'avoir, il suffit de se poser et de profiter

Le temps à perdre, le temps qu'on n'avait pas avant
le temps de trouver le temps, enfin
Je suis en retard déjà, ce n'est pas grave, nous sommes de ceux
qui n'ont pas de montre mais qui ont le temps

Puisque le temps ne se rattrape pas en courant
Il voyage à la vitesse du printemps
Pour l'avoir, il suffit de se poser et de profiter

Sunday, March 29, 2020

La fin de la récré

Musique et paroles : Stein van Oosteren

Enregistrement: 

(Le confinement dû à la crise du coronavirus nous fait prendre conscience à quel point la liberté d'aller dehors est vitale pour notre bonheur. C'est la récré, le sel de la vie !)



Un gant en plastic traîne sur le trottoir
On se croit dans un hôpital entouré de malades en balade
Sauf qu'il y a des arbres en fleur partout
C'est pas mal comme endroit, tout près de chez moi

Mais c'est la fin de la récré
Je serais bien resté encore un peu

Je change de trottoir dès que quelqu'un approche
Pour éviter son sillage, son odeur, sa respiration
On se sourit quand même pour se dire que c'est bizarre
ce monde où on s'évite, et que le monde sans contact, on n'en veut pas

Mais c'est la fin de la récré
Je serais bien resté encore un peu

Un vieil homme avance sur la place, un cabas à la main
Un ami qui passe, le salue d'un regard
Je devine un sourire derrière le masque
S'il avait pu, il se serait arrêté pour prendre des nouvelles

Mais c'est la fin de la récré
Il serait bien resté encore un peu, mails il faut rentrer....

Wednesday, March 25, 2020

Autrement

Paroles et musique: Stein van Oosteren

Enregistrement: https://www.youtube.com/watch?v=pGEcHs4HjEk

(La crise du coronavirus a montré que la France est capable d'accomplir une transition écologique complète en 48 heures. J'ai entendu beaucoup de gens dire qu'ils espèrent qu'après la crise, le monde en tirera quelques leçons. Pour que cet espoir ne reste pas un simple espoir mais devienne une action concrète, j'ai écrit cette chanson).





Pas de stress, pas de rendez-vous, pas de papier-toilette
Pas de bouchon, pas de pollution, pas normal
Pas d'énervement, pas de pâte à pizza, pas de pâtes, pas de pommes
Pas de piscine, pas de promenade, pas d'école

Parce que nous sommes en train d'attendre
que le monde redevienne comme avant

Plus de liens, plus de circuits courts, plus de temps ensemble
Plus de bicyclette, plus de piétons, moins d'avions
Plus de légumes, plus de temps pour les préparer, plus de plaisir
Plus de lecture, plus de pauses et plus de flottement

Parce que nous sommes en train de lever le pied
et ça fait drôlement du bien

Demain quand on récupère le monde, on va en faire un autre
La Transition Écologique qu'on vient de faire, on la gardera - ok?
On va juste ajuster deux, trois trucs qu'il faut qu'on voie ensemble
Pour que ce monde plus social, plus local, puisse tourner

Parce que nous sommes en train de nous apercevoir
qu'on peut faire autrement
en achetant localement
en se déplacement localement
en s'associant à des gens
qui veulent faire comme toi

C'est comme ça que l'on changera