Friday, April 7, 2017

FARàVélo démarre : Fontenay-aux-Roses bientôt ville cyclable?

Comment le vélo peut-il rapprocher la Mairie et les citoyens tout en améliorant leur cadre de vie ?

Voilà l’objectif du groupe de travail FARàVélo (Fontenay-aux-Roses à vélo) créé le 29 novembre 2016 par le Comité de Liaison des Comités d’Habitants. FARàVélo aura le plaisir d’élaborer avec la Mairie des pistes concrètes pour donner envie aux Fontenaisiens de prendre le vélo ; des "pistes" qui peuvent par exemple être des parkings à vélo aux endroits stratégiques ou de vraies pistes cyclables.

14 volontaires très motivés se sont déplacés à la Salle du Parc le 6 avril 2017 pour démarrer FARàVélo. Nous avons commencé par la question opposée : pourquoi aujourd’hui emprunte-t-on si peu le vélo ?

Le premier obstacle est la sensation d’insécurité. Le cycliste n’a pas encore suffisamment sa place sur la chaussée, il est trop vulnérable.

"Ils font chier avec leurs pistes cyclables et leurs couloirs de bus qui prennent toute la place!"

Deuxième obstacle : la pente. La solution existe : le vélo électrique se développe rapidement, et depuis le 19 février 2017 l’achat est même subventionné au niveau national (voir ce lien). Pour ceux qui sont tentés: il existe une route express entre FAR et Paris où il n’y a jamais d’embouteillages (la Coulée Verte). Moi il me faut 30 minutes par exemple pour rejoindre mon travail dans le 7ème arrondissement (sans assistance électrique).

Troisème obstacle : le stationnement. On l’oublie facilement : il n’y a pas que les voitures qui doivent se stationner ! Le vélo a besoin de beaucoup moins de place pour être stationné, mais il lui faut quand même un arceau pour pouvoir accrocher le cadre et les roues. Et de préférence un stationnement plus sécurisé au niveau des gares. Et aussi la possibilité de stationner son vélo dans son immeuble. Bref, une question moins anodine qu’il n’y paraît.

Ironiquement, devant la Salle du Parc où FARàVélo s'était réuni, on peut stationner sa voiture mais pas son vélo.

Voici comment je me gare souvent devant Bricorama à Châtillon. Il y a des parkings pour voiture partout, mais pas un seul arceau ni même un poteau pour accrocher mon vélo. Pourtant j'apporte beaucoup de business à ce magasin.
Les participants ont mentionné beaucoup d’autres éléments intéressants pour comprendre ce qui peut démotiver ou motiver une personne à prendre le vélo :
  •  "J’ai arrêté quand les enfants sont arrivés". Est-ce inévitable? Car de plus en plus nombreux sont les vélos électriques avec siège pour enfant qui me doublent sur la Coulée Verte !
  • "Les enfants prennent 30 minutes pour aller à l’école en bus avec une correspondance, alors que le trajet pourrait se faire en 8 minutes à vélo". Le gain de temps et de santé que représente le vélo nous surprendrait si nous prenions la peine de le calculer.
  • "Mon vélo est n’est pas adapté". Un bon conseiller et un bon atelier de réparation bien central et visible dans la ville pourront régler ce problème.
  • "Trop de circulation". Sauf sur un réseau de pistes cyclables bien aménagées et bien connectées.
  • "Un jour j’ai pris conscience du fait qu’il était quand même triste d’aller à son travail tous le jours dans un tunnel sous terre". Moi aussi, j’ai commencé à apprécier Paris vraiment à partir du moment où j’ai choisi le vélo comme mon mode de déplacement principal.
  • "Je me fais du bien en faisant du bien à mon environnement". Rien à ajouter!
  • "Je contribue à changer ma ville". On n’est pas dans le même état d’esprit lorsqu'on est enfermé dans une bulle automobile ou, au contraire, assis en plein air sur son vélo, disponible socialement et dans un mouvement plus apaisé.
Riche de ces enseignements, FARàVélo va maintenant tenter de favoriser le déplacement à vélo à travers des échanges conviviaux.

Si cet effort de rendre Fontenay-aux-Roses plus agréable vous inspire, n’hésitez pas à contacter steinvanoosteren@hotmail.com pour y participer ou juste pour donner vos observations.

Twitter: @Oosterenvan

1 comment:

  1. Bonjour, je SUIS D'ACCORD !!! pour se garer en vélo devant brico à Châtillon c'est la misère ! c'est honteux ! mais bon on le sait le maire de Châtillon s'en f... du vélo, il préfère le béton (il n'y a qu'à voir sa ville) c'est pour cela entre autres que j'ai quitté Châtillon pour FAR ! Bravo pour votre asso ! je suis cycliste à FAR aussi et je trouve qu'il y a trop de circulation auto maintenant dans nos villes

    ReplyDelete