Thursday, August 3, 2017

Regarde-le, le pauvre cycliste!

J'ai vu un type marcher à côté de son vélo. Quelle galère! Déjà il n'a pas assez d'argent pour s'acheter une voiture, et en plus son vélo ne marche même pas! Il doit marcher, MAR-CHER-A-PIED, tu te rends compte? Quelle galère, quelle honte!



Mais non! C'est un choix de bien-être et de liberté!

Au lieu de mettre 6.000 euros/an dans une voiture (amortissement compris) et de faire mes courses ailleurs, je préfère les investir dans les commerces de proximité de ma ville. Je préfère vivre dans une ville qui vit. C'est très très important pour moi.

Et si je marche parfois, c'est parce que j'habite sur une colline. Pour ne pas arriver en nage, je fais les derniers 400 mètres de mon trajet à pied. Ce n'est pas une galère, mais un arrangement pratique. Comme quand je prends le bus, qui ne va pas non plus jusqu'à la porte de ma maison. Une fois que l'on accepte ce principe, ça devient agréable. On varie les mouvements, on utilise d'autres muscles, on rêvasse différemment.

J'aurais pu me payer un vélo électrique et rouler jusqu'à ma porte sans le moindre effort. La question n'est pas là. C'est juste que je veux préserver un minimum d'entretien physique dans mon quotidien. Pas automatiser chacun de mes déplacements à tout prix, comme si rester inactif le plus longtemps possible était le bonheur. Comme si marcher, faire du vélo et utiliser son corps pour se déplacer était une vraie galère.

"Regarde cette pauvre femme marcher! Elle doit avoir eu une panne de voiture. Peut-être qu'on devait lui proposer de monter."


No comments:

Post a Comment