Monday, July 10, 2017

La fin de l'(automob)Île-de-France?

En arrivant en France en 1996, j'ai laissé tomber le vélo. Car je ne voyais ni panneau, ni la moindre ligne blanche prévenant l'automobiliste de la présence d'un cycliste. Comme si le cycliste n'existait pas.

Depuis 2007 le vélo a réussi a percer timidement grâce à l'arrivée de Vélib'. A Paris, nous sommes passés d'un monopole absolu de la voiture à quelques pistes cyclables. Mais ce n'est qu'un oasis dans un désert "automobÎle-de-France".

A titre de comparaison: aux Pays-Bas, mon pays d'origine, quasiment chaque rue est bordée de pistes cyclables. Même en rase campagne. Et ce n'est pas grâce une prétendue "ancienne culture du vélo" des Hollandais. Non, c'est grâce à une volonté relativement récente des autorités néerlandaises de prendre 3 problèmes par les cornes:
  1. un problème économique: le choc pétrolier en 1973 (plus d'essence!)
  2. un problème de santé publique: un excès d'automobiles polluants 
  3. un problème de sécurité routière: trop de cyclistes morts sur la route.
40 ans plus tard, ce choc arrive en France. Notre climat et nos villes étouffent à cause des embouteillages grandissants. Celui qui pense pouvoir fluidifier le trafic en coulant plus de bitume se trompe: car plus on construit de routes, plus il y aura des voitures:


On est tombé dans ce piège à Los Angeles, que le lobby automobile a fait couvrir de bitume à 70% (!) et qui est pourtant la ville la plus embouteillée des Etats-Unis.

Voici le piège du bitumage: pour éviter les embouteillages, l'automobiliste part en général plus tôt au travail le matin. Si on élargit la route, l'automobiliste dormira un peu plus et partira un peu plus tard au travail.... pour se retrouver dans un embouteillage plus large. C'est mathématique, mécanique et malheureux.

Mais en France on peut éviter cette asphyxie qui dégrade l'attractivité de nos villes. A commencer par considérer la pistes cyclable non pas comme une "option" mais comme un élément de base comme le trottoir. Ne serait-ce qu'une petite bande colorée en bord de route qui renforcera le sentiment de sécurité du cycliste.

Il est compréhensible que 44% des Parisiens ne croient pas qu'on désencombrera Paris en donnant plus de place au cycliste et au piéton. Car ils partent du principe que tous les automobilistes continueront à prendre leur voiture pour se déplacer. Moi je crois que cette habitude évoluera, entre autres pour une raison pratique. Saviez-vous qu'on peut traverser tout Paris en 36 minutes sans le moindre effort en vélo électrique (regardez ici)?

Allez hop: en selle!




2 comments:

  1. Deux documentaires sur le sujet:

    "Bikes vs. Cars"
    http://www.telerama.fr/sortir/auto-va-c-lo-bobos,131160.php

    "La reine bicyclette"
    http://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/la-reine-bicyclette-l-histoire-des-francais-a-velo,51153172.php

    ReplyDelete
  2. Merci! Le premier je connais, le deuxième est à découvrir.

    ReplyDelete